Wersja polskaWersja francuskaWersja litewska

News

Le rythme des investissements français ne ralentit pas

24.07.2014

Selon un rapport publié par la CCIFP et KPMG Pologne «20 ans d’investissements français en Pologne», la France est le troisième investisseur étranger en Pologne en terme de taille et l’un des plus grands employeurs.

87% des entrepreneurs se disent satisfaits des résultats atteints grâce aux investissements réalisés jusqu’à présent et 97% recommanderaient la Pologne en tant que cible d’investissement à des entreprises qui n’y sont pas encore présentes.

La situation économique est l’élément le plus apprécié par les investisseurs en termes d’attractivité, tandis que les infrastructures et le secteur public sont cités comme nécessitant les plus gros changements, notamment à cause du cadre réglementaire peu clair et du système fiscal et juridique peu stable.

Selon les statistiques officielles de la Banque Nationale de Pologne (NBP), la France est le troisième investisseur étranger en Pologne. Depuis 2004, la valeur cumulée des investissements français a augmenté de deux fois et demie, pour passer de 34,2 mds de zlotys (8,4 mds d’euros) à 89,7 mds de zlotys (21,9 mds d’euros). Or, il n’est pas rare que des capitaux investis aux Pays-Bas ou au Luxembourg qui se caractérisent par un environnement juridique et fiscal favorable, soient ensuite réinvestis dans d’autres pays, au travers de groupements d’entreprises. Il y a actuellement environ 1 400 entreprises à capitaux français qui exercent leur activité en Pologne. Étant donné qu’elles emploient environ 200 000 personnes, elles sont un employeur étranger important. 

Les principaux secteurs dans lesquels se concentrent les investissements français:

  • La transformation industrielle – 28,4 mds de zlotys (32% de la valeur globale des IDE• français en Pologne) 
  • La réparation des véhicules – 15,1 mds de zlotys (17%)
  • L’information et la communication – 11,5 mds de zlotys (13%)
  • L’activité sur le marché immobilier – 7,9 mds de zlotys (9%)
  • L’activité professionnelle, scientifique et technique – 6,9 mds de zlotys (8%)
  • Les finances et les assurances – 6,8 mds de zlotys (8%)
  • La production et l’alimentation en énergie, gaz et vapeur d’eau – 5,8 mds de zlotys (6%)
  • La construction – 2,7 mds de zlotys (3%)
  • Le transport et la gestion des entrepôts – 2,0 mds de zlotys (2%)

Une hausse des exportations vers la France enregistrée au cours des quelques dernières années, a eu pour effet d’améliorer considérablement le solde commercial. En 2013, les exportations polonaises vers la France s’élevaient à 35,7 mds de zlotys contre 24,5 mds de zlotys pour les importations, faisant ainsi de la France le quatrième client de produits polonais et le cinquième fournisseur de la Pologne.

Il est à noter que même le ralentissement économique n’a pas affaibli l’attractivité de la Pologne : près de 2/3 des entrepreneurs français considèrent que, comparativement aux autres marchés européens, le marché polonais est même devenu plus attrayant.

Afin d’identifier les éléments clés pour les investisseurs français dont dépend l’attractivité de la Pologne il leur a été demandé d’évaluer 36 domaines regroupés selon cinq thèmes, à savoir : l’économie, le secteur public, la main d’œuvre, les infrastructures et l’environnement d’affaires. Le résultat de cette évaluation montre clairement que c’est l’économie polonaise qui satisfait le plus les investisseurs français : 88% d’entre eux la trouve attrayante ou très attrayante. Il est important de constater que pas une seule réponse négative n’a été donnée.

Le marché de l’emploi et l’environnement d’affaires sont deux autres domaines qui ont été respectivement bien perçus: 71% et 56% de notes positives. L’analyse des données concernant le marché de l’emploi fait apparaître que les employeurs français portent un jugement très favorable sur les travailleurs polonais, notamment les cadres dirigeants (80%) et les cols blancs (83%). En revanche, ce qui cause problème, est la disponibilité des travailleurs. Les entreprises sont assez nombreuses à déclarer qu’elles ont du mal à trouver des candidats adéquats, notamment pour les postes réservés aux cols blancs.

En ce qui concerne l’environnement d’affaires, c’est la coopération avec les fournisseurs locaux qui a reçu le plus grand nombre de notes positives. Les entreprises françaises apprécient leur disponibilité (88%) et leur qualité (73%). En revanche, les notes deviennent moins positives lorsqu’il s’agit du respect des délais de règlements avec les parties contractantes (44% de réponses positives et 16% de réponses négatives). Les notes les moins bonnes ont été attribuées au secteur public. Seuls 45% des sondés considèrent que le secteur public polonais fonctionne bien. Quasiment la moitié des entrepreneurs se plaint d’une bureaucratie trop pesante (44% des réponses) et d’un système fiscal et juridique trop complexe et peu stable. Le deuxième domaine ayant reçu le plus grand nombre de réponses négatives a été l’infrastructure. Pour les entrepreneurs qui planifient de faire des investissements, la qualité des infrastructures de transport (29%) est très importante. C’est pourtant, cet élément qui nécessite selon eux des changements profonds. Malgré une amélioration visible des infrastructures de transport en Pologne, près de la moitié des sondés continuent à les percevoir de façon négative (44%).

Les sociétés françaises ayant investi en Pologne attachent de l’importance à la dimension sociale de leurs activités. Les trois quarts des entreprises interviewées réalisent des programmes RSE en Pologne, 21% déclarent envisager de les mettre en place. La majorité des entreprises réalisant des activités RSE en Pologne le fait aussi bien sur l’initiative du siège social que suite à des initiatives locales. Les entreprises se lancent notamment dans la protection de l’environnement. 61% d’entre elles sont attentives à une exploitation adéquate des ressources naturelles et à l’économie d’énergie et 58% protègent l’environnement. D’autres entreprises qui planifient de lancer ou de renforcer les actions RSE choisissent aussi ces deux domaines. Le soutien donné à la diversité au sein de l’entreprise, le traitement équitable et le respect arrivent en troisième place (respectivement 56 et 55%). Les éléments suivants sont : le développement de la confiance mutuelle entre les partenaires en affaires (47%), l’éducation (44%) et l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. La tradition à s’engager dans le RSE par les entreprises françaises étant de longue date, de nombreuses expériences sont issues soit du siège, soit des filiales dispersées dans le monde. Les meilleurs exemples sont de plus en plus souvent repris en Pologne, les partenaires et les fournisseurs polonais qui coopèrent avec les entreprises françaises étant incités à les mettre en application. La mise en place de programmes complexes s’inscrivant dans la Responsabilité sociétale des entreprises ne se limite pas à une activité de bienfaisance. Les entreprises commencent à se rendre compte que les actions ponctuelles apportent moins de résultats positifs que les programmes conçus sur le long terme et qui soutiennent les communautés locales. Cela confirme aussi la volonté des entreprises françaises d’être des partenaires à long terme et d’exercer leur activité de sorte à apporter des avantages non seulement à elles-mêmes mais aussi à d’autres entités présentes dans leur entourage.

Lorsqu’il s’agit des plans pour 2014, les investisseurs français sont optimistes : la majorité (64%) d’entre eux prévoit d’augmenter le niveau des investissements. Une entreprise sur trois maintiendra le niveau actuel, et 3% envisagent la réduction du niveau des investissements sans pourtant déclarer souhaiter se retirer de la Pologne. 26% des entrepreneurs prévoient d’inaugurer une nouvelle filiale ou bureau et 12% une nouvelle usine de production. Cela aura un impact positif sur le marché de l’emploi. Jusqu’à aujourd’hui, les entreprises françaises ont créé plus de 200 000 emplois, et les résultats de l’enquête montrent que plus de la moitié des entrepreneurs prévoient d’augmenter les effectifs dans les prochains mois. Une grande majorité des sondés prévoit que leur chiffre d’affaires consolidé augmentera en 2014 (79%).

Source : CCIFP

NOS AVANTAGES

  • Équipe bilingue et pluridisciplinaire
  • Réseau d'experts qualifiés
  • Solutions sur mesures et adaptées à vos besoins
  • Savoir-faire et expérience
  • Flexibilité et accessibilité optimale
  • Connaissance des marchés polonais et français
  • Qualité de service et efficacité
En savoir plus

NOS PRESTATIONS

  • Accompagnement de votre développement sur le marché polonais
  • Recherche de partenaires polonais
  • Organisation de votre protection juridique
  • Création de votre nouvelle filiale polonaise
  • Accompagnement dans vos procédures fiscales et sociales
  • Recrutement de votre personnel franco-polonais
En savoir plus

NEWS

  • 02.06.2021

    ... [...]
  • 22.04.2021

    ... [...]
  • 20.04.2021

    ... [...]
News archive